La dette publique, une affaire rentable

Publié le par Le Mirador

"La dette publique, une affaire rentable" est le titre d'un livre écrit par Philippe Derudder et André-Jacques Holbecq. Ce dernier est interviewé par Yves Michel (vidéo ci dessous) pour présenter son livre. Mr Hollebecq explique comment la dette profite surtout aux banques privées. Selon lui, la France et les autres pays européens ne devraient pas avoir de dette à payer. En effet, celle-ci est le fruit d'une simple loi, de 1973 mise en application sous Pompidou. Sa particularité est d'interdire à l'état d'emprunter à sa banque centrale, dont l'objectif n'était d'accorder aucun intérêt . Ainsi, la France est obliger d'emprunter sur le marché financier et de rembourser des intérêts (voir aussi l'article 104 de Maastrich expliqué par Etienne Chouard sur le blog), qui sont la principale cause de la dette. Par ailleurs, cette loi a été renforcée avec le Traité de Maastrich et celui de Lisbonne au niveau européen. Mr Holbecq donne des chiffres pour illustrer ces propos. Il montre, que  depuis 1980, la France est passée de 216 à 1200 milliards de dettes. Avant 1970, l'état n'avait aucune dette à charge. Pour mieux comprendre ce phénomène, il explique qu'il faut  savoir comment  la monnaie est créée. En effet, depuis 1971, le dollar a été découplé d'une quelconque valeur métallique (étalon or) ainsi que toutes les autres monnaies. Ainsi, les banques privées créent de la monnaie en les "tirant du néant", puis récupèrent les profits grâce aux intérêts.  Actuellement, la France paye 40 milliards d'intérêts par an, soit l'équivalent de 250 avions Airbus A350. Ces remboursements d'intérêts finissent à 60% dans la poche d'étrangers et à 40% dans la poche de français (compagnie d'assurance, banques commerciales, particuliers,..).
Par conséquent, il met en évidence que présenter l'état comme un ménage qui n'a plus d'argent, est totalement malhonnête car on ne peut comparer  un ménage (dépenses/recettes) et l'argent de l'état (capital + dépenses/recettes). La dette est donc une arnaque pour le citoyen français qui paie 600 à 700 euros de taxes annuelles servant au remboursement de la dette.

Durée : 17 min 54
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article