Paul Eric Blanrue : les réseaux pro-israéliens en France

Publié le par Le Mirador


Paul Eric Blanrue, historien français est interviewé par Clap 36, un cinéma indépendant. Il traite des réseaux pro-israéliens en France. Selon lui, le président Sarkozy est le premier homme a utiliser le lobby sioniste car cela représentait un potentiel électoral non négligeable. Il a commencé à s'en rapprocher quand les réseaux se sont développés à partir de 2000, lors de la 2nde Intifada. En fait, deux choix sont possibles, soit être pro-israélien ou soit être pro-arabe comme l'était Chirac. En France, le CRIF est l'association sioniste la plus influente. Chaque année des politiciens dont Sarkozy s'y rendent pour un diner annuel.  Il y a d'autres associations pro-sionistes telles que la LICRA, France-Israël qui regroupe 1/5e des députés français, Avocats sans frontières, l'UPJF, l'UEJF, la LDJ. Ces associations participent ainsi à des pressions judiciaires et politiques en France. Par ailleurs, il y a aussi Europe-Israël dont fait parti Mr Gobert, président de la LICRA et ami de N. Sarkozy, et Marine Lepen. P.E. Blanrue montre que le sionisme a, dès sa création, rassemblé de nombreux partis politiques, ce qui explique pourquoi ils sont influencés par ce groupe  de pression aujourd'hui. Selon lui, l'arme essentielle du sionisme est la guerre des mots soit le chantage à l'antisémitisme. Ainsi, celui qui critique Israël est systématiquement associé à un antisémite et par conséquent disqualifié (Siné, Dieudonné, Cluset, Morin, Soral, Livernette, Bricmont,...). Il insiste sur le fait que le problème est lié au sionisme qui empêche la liberté d'expression au nom du judaïsme. Ainsi, le sionisme entretien la confusion entre sionisme et judaïsme, ce qui trompe facilement le citoyen peu informé. Telle est la stratégie du CRIF et d'autres associations pro-israéliennes. On peut associer cette stratégie à celle qui était employée lors de la guerre en Irak : ceux qui critiquaient cette guerre étaient qualifiés d'anti-américains. Les raisons du danger du sionisme en France pour l'historien sont : 1) la politique étrangère de la France en Israël qui vise à entretenir la guerre entre ce pays et la Palestine et 2) Au niveau intérieur, l'inquisition du sionisme par le CRIF qui désigne ses ennemis et empêche la liberté d'expression en France. Selon lui, Israël et le sionisme sont de plus en plus en difficulté car de nombreuses manifestations dénoncent ce lobby ainsi que le conflit israélo-palestinien. De plus, il critique également les associations pro-arabes qui dénoncent la guerre en Palestine mais qui n'évoquent jamais la présence de réseaux sionistes en France. Il conclut en affirmant que pour améliorer la situation il ne faut pas hésiter à s'exprimer tranquillement sur le sujet, ce qui rassemblera toujours des personnes pour un même combat.

Durée : 18 min 36

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article