Le traité de Lisbonne en 10 points par Raoul Marc Jennar

Publié le par Le Mirador

R.M. Jennar
(photo extraite du site http://etienne.chouard.free.fr)

Raoul Marc Jennar, docteur belge en sciences politiques et alter-mondialiste, analyse le contenu du traité de Lisbonne à travers plusieurs vidéos (1min30 à 6min) comportant chacune un thème précis que voici :

1) Un traité modificatif non simplifié (vidéo)
Selon lui, ce traité n'est pas simplifié puisqu'il reprend l'ancien traité constitutionnel (TCE) de 2005. Il constitue simplement un nouvel emballage, comprenant dans la partie 3 tous les anciens traités depuis Rome et dans la partie 1 et 2, de nouvelles propositions.

2) Impasse sur les droits de l'homme (vidéo)
Les dispositions reprises dans le traité de 2005 concernent les valeurs. Ainsi,  celui de Lisbonne intègre l'héritage religieux comme une source de la démocratie, de l'état de droit et des libertés fondamentales, il limite la protection de l'UE aux données relatives à la vie privée. Aussi, il remet la Charte des droits fondamentaux en annexes pour ceux qui veulent l'appliquer, ce qui constitue une grande régression par rapport à la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 (suppression de certains articles de droits collectifs).

3) Accélèration du processus de mondialisation (vidéo)
Il ne protège pas contre la mondialisation, au contraire, il va rendre plus facile la négociation et la mise en oeuvre des règles de l'OMC par la modification des articles 131 et 133. Il accélère le processus de mondialisation en renfoçant la concurrence au détriment de la solidarité.

4) Augmentation des privatisations (vidéo)
L'accord général sur le commerce des services, qui est en train d'être négocié à l'OMC, permettra la privatisation de toutes les activités de services dans tous les secteurs à tous les niveaux (national, régional et communal). En effet, les cantines (vidéo) devront respecter les règles de la concurrence, elle ne seront plus financées par la municipalité qui devra lancer un appel d'offre. Le traité enlève donc au pouvoir public la possibilité de garantir une cantine offrant une alimentation à prix réduit et de qualité. De la même manière, les chemins de fer (vidéo) seront soumis à la règle de la concurrence, passant d'un monopole publique à un monopole privé.

5) "Services d'intérêts économiques généraux" plutôt que "services publiques" (vidéo)
Seul le titre de l'article donne l'impression que les services concernent l'intérêt général. Le contenu est tout autre car il impose les règles de la concurrence, ce qui est l'inverse des services publiques.

6) Maintien d'un Euro fort pour justifier les délocalisations (vidéo)
Les dirigeants de la BCE pouront davantage pratiquer une politique de l'Euro fort. Ainsi, les produits dans la zone euro sont plus chers que ceux de la zone dollar ce qui freine les exportations. C'est pourquoi on a déplacé le montage de l'airbus vers la zone dollar. Cette délocalisation va pénaliser toutes les moyennes et petites entreprises sous traitantes qui travaillent pour le montage de l'avion et va entraîner une perte de nombreux emplois.

7) L'élargissement augmente la concurrence et favorise les actionnaires (vidéo)
Les politiques de la Commission Européenne et les gouvernements européens ont mis en concurrence les pays entre eux créant ainsi une  Europe à deux vitesses. L' une ayant un niveau de fiscalité et de protection sociale, des réglementations en matières de santé publiques, en matière écologique et de droit du travail, et une autre où cela n'existe pas. Ainsi, cet élargissement favorise les actionnaires, au détriment des européens.

8) Pas plus de démocratie (vidéo)
Les institutions européennes ne sont pas plus démocratiques avec ce traité malgré quelques progrès. En effet, il y a une confusion des pouvoirs avec comme élément central la Commission Européenne qui n'est pas une institution élue mais qui résulte d'une négociation diplomatique entre les 27 gouvernements. Cette institution est très sensibles aux lobbies. Elle seule peut proposer, contrairement au Parlement européen qui est élu au suffrage universel et au Conseil des ministres qui ne peut que décider. A titre d'exemple, la commission à refusé à 6 reprises des propositions du parlement sur les services publiques. Par conséquent, le traité de Lisbonne maintient "le monopole de l'initiative " de la CE.

9) Une politique de défense confiée à l'OTAN (vidéo)
Le traité intègre dans l'UE (comme avec le TCE) l'OTAN qui n'est pas une institution européenne et qui est dirigée par la Maison blanche. Cette disposition rend impossible toute espèce d'Europe européenne et indépendante des USA.

10) Un traité volontairement peu médiatisé (vidéo)
Ce traité suscite peu d'analyses de la part des médias. Ceci renforce le sentiment qu'il n'y a plus de problèmes et qu'il n'est pas nécessaire d'en débattre.

Publié dans Europe

Commenter cet article