La Loi Gayssot est-elle démocratique ?

Publié le par Le Mirador

La loi Gayssot est la désignation commune soit de la loi française no 90-615 du 13 juillet 1990, « tendant à réprimer tout propos raciste, antisémite ou xénophobe », soit de la partie de cette loi qui introduit un "article 24 bis" dans la loi sur la presse. Cette loi résulte d'une proposition de loi présentée au Parlement par le député communiste Jean-Claude Gayssot. Cette loi a également la particularité d'interdire la liberté d'expression de tous qui ont des thèses contredisant l'holocauste. Ses historiens sont automatiquement traités d'antisémites et négationnistes. Le problème, comme le souligne l'historien Max Gallo : «Pour l'historien, il n'est pas admissible que la représentation nationale dicte "l'histoire correcte, celle qui doit être enseignée". Trop de lois déjà • bien intentionnées • ont caractérisé tel ou tel événement historique. Et ce sont les tribunaux qui tranchent. Le juge est ainsi conduit à dire l'histoire en fonction de la loi. Mais l'historien, lui, a pour mission de dire l'histoire en fonction des faits ». Sans soutenir sa thèse, l'intellectuel Noam Chomsky avait défendu en 1980 l'historien négationniste Robert Faurisson pour qu'il puisse avoir simplement le droit d'exprimer sa thèse. En 2008, Radio Courtoisie décide de l'inviter afin qu'il expose simplement son vécu ainsi que celui d'autres négationnistes. La loi Gayssot lui interdit de traiter de sa thèse, sous peine d'emprisonnement. Cet article n'est en aucun cas, une défense de la thèse de Faurisson et d'autres historiens négationnistes mais a simplement pour but d'exposer ses propos afin de nous questionner sur l'intérêt de la Loi Gayssot dans une démocratie.

Durée : 14 min 43

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article