La dictature écologique de la CIA

Publié le par Le Mirador

France 24, nous propose un sujet concernant le lien entre l'étude du climat et la CIA. En effet, pour la CIA, le climat est devenu une affaire de sécurité puisqu'elle a créé le 25 septembre 2009, le Centre sur le réchauffement climatique et la sécurité nationale. Ainsi, selon la démocrate américaine Dianne Feinstein "la 2e mission de la CIA est d'évaluer les projets et intentions des autres pays et d'aider l'administration à mettre en place des régimes de vérifications pour  traiter tout ce qui porte sur le réchauffement climatique de manière à ce que nos dirigeants puissent négocier en position de force. Ceci est le rôle d'un service de renseignements". Cela permet donc à la CIA de surveiller tous les pays qui ne respectent pas les engagements liés au climat. Toujours, selon la démocrate "cela inclut d'évaluer les conséquences sur la sécurité nationale de cette compétition acharnée pour les ressources naturelles".  Ainsi, la CIA participe aussi à la guerre économique. C'est grâce à des satellites espions et aux chercheurs américains qu'elle peut étudier le climat. En Europe, les services secrets ne sont pas impliqués dans l'étude du climat, ce sont les scientifiques qui s'en chargent grâce aux satellites ENVISAT et bientôt MICROCARB, celui du CNES. Ensuite, les pays devront donc transmettre leurs données sur les rejets de CO2 annuellement aux Nations-Unies. Le problème est que les pays en voie de développement sont défavorables à ce système de reporting ainsi que les USA qui ne ne souhaitent pas être contrôlés. Sans cadre de surveillance, selon France 24, les engagements de chacun seront sans valeur et les plus grandes puissances pourraient faire appel à leur service de sécurité pour dénoncer les plus mauvais élèves. David Mascré, géopolitologue, vient apporter quelques commentaires suite à l'analyse de France 24. Selon lui, si le centre de recherche sur le climat de la CIA est récent, la stratégie est beaucoup plus ancienne car les américains travaillent sur le long terme pour asseoir leur domination dans le monde. En 1978, les USA commencent à développer un programme d'armes climatiques et de réflections sur le climat comme facteur aggravant les risques sécuritaires. Ils déstabilisent des pays à travers des stratégies climatiques telles que les puits de pétrole qui ont provoqués un épais brouillard pendant la guerre du Golfe. Al Gore, à l'époque du sommet de Rio, est nommé vice président et développe toute une campagne qui permet de faire du climat un moyen stratégique pour viser certains pays. La domination des ressources stratégiques est employée par USA depuis le 20e siècle et notamment depuis le Pacte de Quincy de 1945 qui permet à l'Arabie Saoudite de bénéficier de la protection des USA et de leur livrer du pétrole en contrepartie. Le système est donc ancien mais l'accessibilité aux ressources est nouveau. Ainsi, les USA pourraient, grâce à la CIA, sécuriser des zones (sous les océans, au niveau des pôles, sur le plateau continental sibérien,...) par des dispositifs militaires au nom de la lutte contre le réchauffement climatique et leurs éventuelles conséquences. Une contradiction majeure est que les USA ont toujours mis au point des systèmes de contrôle et de régulation internationale mais ont toujours refusé de les ratifier tels que les 14 points de Wilson au lendemain de la 1ère guerre mondiale. Selon lui, le 1er point de passage pour que ce système se mette en place, est d'affirmer, par le biais des médias, l'idée selon laquelle il y a un réchauffement climatique (ce qui est contesté,)  qu'il est lié au gaz à effets de serre et que cette augmentation de CO2 est due à l'activité humaine.

Durée : 11 min 21

Commenter cet article